Mission "Paysage et cadre de vie"

Le cadre de vie se définit comme tout ce qui nous entoure : les milieux et ressources naturels, le paysage, le bâti. Il peut être amélioré mais aussi altéré par l’action directe de l’homme (exploitation des milieux, pollution, aménagements urbains et architecturaux non intégrés…)  ou par des phénomènes climatiques ou géologiques, catastrophes naturelles…

Le cadre de vie est une composante essentielle dans le maintien et le bien-être des populations ou dans l’attractivité d’un territoire. Il contribue directement à renforcer sa capacité à attirer, mais aussi à retenir, hommes et entreprises.

C’est pourquoi sa préservation et  son amélioration revêtent une importance particulière dans notre département dont la variété des paysages, le climat, l’accès à la nature, aux loisirs, sont autant de facteurs d’attractivité, sources d’aménités et supports de l’économie locale.

Vernède

Ainsi, les liens sont très étroits entre biodiversité, qualité des espaces naturels et des paysages,  « nature en ville » et cadre de vie : autant d’axes sur lesquels le Département s’engage au quotidien pour offrir aux héraultais un cadre de vie de qualité. Au travers des schémas départementaux des Espaces Naturels Sensibles, du Tourisme ou encore de la stratégie Hérault Littoral, de nombreuses actions contribuent à renforcer l’attractivité de notre département, pour offrir aux héraultais une véritable qualité de vie et conférer à notre territoire une attractivité économique et touristique.

 Contact : Mission paysage et cadre de vie - Muriel Alexandre - 04.67.67.73.81

Plus d’informations sur :

Les enjeux du paysage dans les schemas departementaux

Fleche ODans le cadre du Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles (SDENS)

Un Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles (SDENS) a été voté en 2019, il constitue le socle de la politique départementale en faveur des ENS. Parmi les enjeux transversaux partagés et déclinés de ce schéma, les paysages et leur diversité dans le département ont été identifiés comme un atout majeur de l’attractivité du territoire. Cette dimension paysagère est à développer, dans un département riche en Grands Sites et en Opérations Grands Sites.

Lac de Vezoles

Pour cela, le premier objectif vise à donner une lisibilité aux sites ENS. En particulier, il prévoit de structurer, développer et animer un réseau de sites vitrines, qui propose une offre pédagogique attractive et de qualité, et présente le rôle des espaces naturels, la biodiversité ainsi que les particularités géologiques et paysagères des différents territoires.

Le deuxième objectif propose de mettre en valeur les sites ENS dans l’offre touristique de l’Hérault, en lien avec le Schéma du Tourisme, les paysages, les Grands Sites, la politique des activités de pleine nature.

En effet, le  tourisme « vert » est aujourd’hui un support de développement économique, de promotion du territoire, et de sensibilisation des populations locales et des visiteurs aux enjeux environnementaux.

De la mer aux hauts cantons, les sites ENS représentent, à ce titre, des outils adaptés et pertinents.

Fleche ODans le cadre du Schéma de développement du Tourisme et des Loisirs (SDTL)

80% des touristes soulignent la beauté des paysages en Hérault et ont attribué la note de 8,5/10 à la beauté des paysages héraultais. C’est un élément capital à préserver car il est déterminant pour l’attractivité de la destination Hérault.

conchyliculture MA

Le paysage est un des trois enjeux identifiés dans le schéma qui a pointé une faiblesse majeure, celui d’un capital paysager en souffrance.

Alors qu’ils constituent le moteur profond de l’attractivité résidentielle et  touristique du  département, nos paysages  sont soumis à une rapide dégradation due, entre autres à une consommation rapide de l’espace disponible, un urbanisme mal maîtrisé, des entrées de ville anarchiques. Le tourisme dans l’Hérault se pratique dans un cadre naturel et bâti, rural et urbain particulier, constitué de paysages souvent remarquables, principale raison de venue des visiteurs,  mais aussi d’habitants qui doivent pouvoir affirmer leur culture et en être fiers.

Ainsi la première orientation du schéma  prévoit de renforcer l’attractivité de la destination Hérault : valoriser nos paysages, développer la qualité d’accueil et partager notre culture. Cela passe, entre-autre, par l’action 2 du schéma qui propose de sensibiliser à la question du paysage et accompagner les collectivités à améliorer leur environnement.

Fleche ODans le cadre d’Hérault Littoral

Le littoral Héraultais, unique et fascinant, se dévoile sur 90 km de côtes façonnées par les éléments, la présence de l’homme et l’histoire. Abritant un trésor de biodiversité et des sites géologiques exceptionnels, le littoral mérite une mobilisation sans faille.
L’ambition du Département est de faire du littoral un écrin protégé qui relie l’arrière-pays à la mer, en absorbant l’afflux touristique estival et qui participe au rayonnement économique du territoire.

Frontignan

Parmi les 6 engagements affichés dans Hérault Littoral, le premier prévoit de concilier la préservation de l’environnement, la gestion des risques littoraux et l’attractivité du territoire dans l’aménagement du littoral. La préservation de la qualité des paysages, en tant que capital attractif menacé, est un des objectifs, dont les actions de préservation et de restauration des paysages, s’inscrivent dans les schémas du tourisme, des espaces naturels sensibles, des ports et filières maritimes ou encore de la démarche « routes durables ».

Plus d’informations : Stratégie Hérault Littoral 2019-2030

Cadre de vie - Jardins partagés et agriculture urbaine

En accordant davantage de place au végétal dans la ville, l’espace réservé à l’activité  humaine se partage avec la nature. Le végétal dans l’espace urbain devient poumon vert,  ilot de fraicheur et contribue à lutter contre le réchauffement climatique.

Dans l’Hérault, les jardins partagés permettent de répondre aux attentes des habitants en quête de nature et de lien social dans des territoires de plus en plus urbanisés. Mais ils offrent aussi un accès moins coûteux à des fruits et légumes, composantes d’une alimentation plus saine pour améliorer le quotidien.

Dans cet esprit, on peut remarquer ici ou là des initiatives exemplaires (de particuliers, d’associations, de collectivités) en matière de politique d’aménagement et de développement durable : gestion économe de l’eau, valorisation des espèces locales, adaptation au climat, reconversion des friches urbaines en espaces verts ou en jardins collectifs...

Au même titre que les parcs et les squares, les jardins collectifs répondent à un souhait de valorisation du cadre de vie, ils favorisent convivialité et solidarité. Ils contribuent à renouer avec une alimentation plus saine et naturelle. Ils ont également une vertu pédagogique, certains d’entre eux servant de support à des actions de sensibilisation auprès des enfants et du grand public.

201404 Jardins Familiaux coffres

Conscient de leur intérêt, le Département soutient les créations de jardins collectifs depuis 2009.

Pour cela, le projet de jardin doit avoir pour objectif de contribuer à la préservation et l'amélioration du cadre de vie, favoriser la transition écologique et énergétique et respecter  les 3 grands principes du développement durable :

  • La dimension économique du jardin collectif se retrouve dans sa capacité à améliorer le pouvoir d’achat, voire de créer de l’emploi par le biais de démarche d’insertion.
  • La dimension sociale, car le jardin peut devenir un espace de dialogue, d’échanges et de partage face aux exclusions, à la solitude, aux cloisonnements en promouvant la mixité des utilisateurs (sociale, intergénérationnelle, culturelle…).
  • La dimension environnementale. Le jardin collectif permet de développer la sensibilisation à l’écologie (animation scolaire, sensibilisation des jardiniers,...), de préserver la biodiversité en milieu urbain (faune & flore) et de protéger l’environnement ainsi que les ressources naturelles.

La notion de gouvernance territoriale est aussi fondamentale et offre à chaque citoyen un rôle important au côté des élus dans la conception, la gestion et l’animation d’un jardin collectif.

2021 : Appel à projet PLAN DE RELANCE

Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a débloqué un budget de 30 millions dans le cadre du plan de relance afin de permettre l’accès en zone urbaine et périurbaine à une alimentation locale, fraîche, saine et à un coût abordable.

Deux volets sont déployés :
     Fleche OAgriculture urbaine : une enveloppe de 13 Millions d’euros est dédiée à l’appel à projet national « Les Quartiers fertiles ». destiné à accompagner les projets d’agriculture urbaine situés dans les zones de rénovation urbaine Jardins partagés - Jardins partagés et agriculture urbaine
     Fleche OJardins partagés : 17 millions d’euros sont affectés pour soutenir le développement de jardins partagés ou collectifs dans les zones urbaines ou périurbaines.
Réservé aux communes de plus de 2000 habitants - Initiative « Jardins partagés »


Sites utiles :

Fleche OBiodiversité : accompagner les porteurs de projets
Fleche ODRAAF Occitanie
Fleche O
Réseau national :

Fleche ORelais régionaux :